A La Réunion, la dépénalisation du zamal fait débat

A La Réunion, la dépénalisation du zamal, la marijuana locale, fait débat, suite à la sortie d'un rapport de la Commission mondiale sur la politique des drogues (Global Commission on Drug Policy) qui recommande de "mettre fin à la criminalisation, la marginalisation et la stigmatisation des personnes consommant des drogues mais qui ne causent pas de dommage aux autres". Pendant qu'en métropole, le PS réfléchit à la dépénalisation du cannabis, les hommes politiques réunionnais ouvrent le débat dans la presse locale. Et les avis sont partagés.

Pour l'UMP, c'est non ! « Aucune tolérance », on s'en serait douté.

Pour le PS, Patrick Lebreton distingue « l'usage ludique et contrôlée de certains insérés socialement, du cauchemar narcotique des autres. Il préconise « l'emploi plutôt que l'écran de fumée ».

Pour le PCR, « la dépénalisation doit s’accompagner d’un véritable débat sans tabou. »

Pour résumer, à droite c'est non ! A gauche, on réfléchit, un peu comme en métropole.

... Et le débat est ouvert sur la toile, et lorsqu'on lit les commentaires, il semble que les internautes réunionnais soit largement favorables à la dépénalisation, voire la légalisation.du cannabis. Car à La Réunion, le zamall a une dimension culturelle.

« Il semble que de nombreux Réunionnais pensent que le zamal n’est pas vraiment illicite tellement il est ancré dans les habitudes locales. Beaucoup de Réunionnais croient qu’il y aurait une certaine tolérance des forces de gendarmerie tant qu’il s’agit de moins de 20 ou 30 pieds de zamal dans le champs, la "cour" (jardin) ou sur le balcon », peut-on lire dans le rapport TREND 2002 de l’Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies.

Là situation a quelque peu changé et la loi est appliquée. La presse fait écho parfois de saisie de quelques pieds visibles repérés par la maréchaussée, comme ce fut le cas pour cet habitant de l'ouest de l'île qui s'est fait prendre avec une vingtaine de plants. Les gendarmes étaient venus perquisitionner les 97 pieds du voisin !



Tout amateur de chanvre qui se respecte a déjà entendu parler du zamal.

Il est pratiquement impossible de le trouver hors de l'île, même dans un coffee-shop hollandais. Une herbe puissante au goût fruité, enfin tout dépend de la qualité et de la mâturité du pied.

Dépourvu de valeur commerciale au siècle dernier, il se négocie aujourd'hui à partir de 10 euros le rouleau, de quoi trousser une bonne dizaine de joints purs... Il n'est pas rare, de sentir, à l'angle d'une boutique, épicerie qui fait débit de boissons, une odeur caractéristique, et même parfois entendre un gars râler quand le zamal est fumé pur, sans tabac et sans filtre, à la grammoun, c'est à dire comme les vieux créoles.

L'exercice est folklorique et le voyage... cosmique. Les inspirations doivent être courtes et rapides, le joint tenu du bout des doigts, jusqu'au calage et là, il faut râler voire cracher.

Je suis fumeur, pensez-vous ? Et bien, non... parce que c'est illégal !

Par http://feeld.over-blog.com

sources: Clicanoo, Le Post, Linfo.re, L'Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies.

A lire sur Le Post:

"La guerre à la drogue douce a écoué", l'exemple portugais

Cannabis: 50 % de l'herbe consommée est made in France

[Source:Le Post]

1 commentaires:

Bonjour,

à la citation " Pour le PS, Patrick Lebreton distingue « l'usage ludique et contrôlée de certains insérés socialement, du cauchemar narcotique des autres. Il préconise « l'emploi plutôt que l'écran de fumée »." Pourquoi ne pas ouvrir des jardins-shops, faire de la prévention et embaucher en tant que fonctionnaires d'état les personnes sachant cultiver ce chanvre local ? Une idée comme une autre qui permettrait, si elle était appliquée de ne plus stigmatiser les consommateurs, ainsi ces derniers pourraient partager leurs savoirs contre rémunération. CHAVNRE=PLEIN EMPLOI=PROSPERITE !!! :) Z.

Enregistrer un commentaire