Cannabis Medical : IACM-Bulletin du 29 Juin 2012


cannabis medicine International Association for Cannabis as Medicine

Science/Homme: une étude clinique indique qu’à la suite d’une blessure au cerveau, un cannabinoïde synthétique améliore le taux de survie

Une étude clinique menée sur 97 patients comateux indique que le cannabinoïde synthétique KN38-7271 a amélioré le taux de survie dans la première phase aiguë d’une blessure à la tête. L’essai a été conduit dans 14 centres EURopéens. Le KN38-7271se lie aux deux récepteurs CB1 et CB2, tout comme le THC et d’autres cannabinoïdes. Il a été administré aux patients soit 1mg, soit 0,5mg de ce cannabinoïde, soit un placébo, dans les 4 heures 30 qui ont suivi la blessure. Du point de vue de la survie, l’efficacité neurochirurgicale et l’amélioration ont été mesurées après 7 et 14 jours, puis 1,3 et 6 mois après la blessure. La pression intra crânienne et la pression de la perfusion cérébrale ont été analysées à partir du début du traitement pendant 7 jours.
Le taux de survie après un mois a été significativement supérieur dans le groupe traité avec le cannabinoïde par rapport au groupe auquel il a été administré un placébo, mais cet effet n’était plus perceptible après 6 mois. Dans le groupe traité, la pression intracrânienne critique et la pression de la perfusion cérébrale étaient moins fréquentes et extrêmes. Aucun effet secondaire important n’a été noté. Les auteurs ont conclu que : « qu’à la suite d’une blessure à la tête, le KN38-7271semble être bénéfique dans la première phase aiguë des patients comateux. » Ces résultats constituent une base pour d’autres essais dans une population élargie.
Klinik für Neurochirurgie, Universitätsklinikum, Otto-von-Guericke-Universität Magdeburg, Germany.

Etats-Unis: Une nouvelle étude indique que les dispensaires de cannabis ne font pas augmenter la délinquance dans les quartiers où ils sont implantés

Un des arguments de longue date des adversaires du cannabis médical est que les dispensaires feraient augmenter le taux de cambriolage et d’agression. En réalité, ce n’est pas vrai, comme l’indique une nouvelle étude du National Institutes of Health. Cette étude, publiée dans le Journal of Studies on Alcohol and Drugs, révèle que les quartiers de Sacramento où sont implantés les dispensaires ne pas plus enclins que les autres à avoir de la délinquance. Cette étude a analysé le taux de délinquance à Sacramento, en 2009, avant que la ville ne se dote d’une législation sur les dispensaires de cannabis médicinal. Les auteurs de l’étude ne peuvent affirmer qu’il n’existe pas de lien entre la présence de dispensaires et l’augmentation de la délinquance, car parallèlement a été mis en place des caméras et des gardes qui ont un impact sur la criminalité. Comme l’indique les auteurs de l’étude : « il se pourrait que la présence de ces dispensaires ne fasse pas plus augmenter la délinquance que n’importe qu’elle autre activité commerciale. » La presse nationale a révélé des meurtres et des cambriolages dans les zones des dispensaires de San Francisco, d’Hollywood, de Santa Cruz et de Colorado Springs, mais ces cas ne sont pas représentatifs.

En bref

Etats-Unis: Le Connecticut est le 17e État à se doter d’une loi sur le cannabis médicinal
Le gouverneur du Connecticut Dannel Malloy a signé la loi qui permet aux médecins de certifier que la consommation de cannabis d’un patient répond à des besoins thérapeutiques. La loi indique que le patient et son aide médical doivent se faire enregistrer auprès du Department of Consumer Protection. Un médecin peut certifier des besoins médicaux en cas de cancer, de glaucome, de SIDA, de la maladie de Parkinson, de sclérose en plaques ou d’épilepsie.
Reuters of 1 June 2012
Science/Animal: les cannabinoïdes diminuent le stress
Un cannabinoïde synthétique WIN 55,212-2 a bloqué l’activité des récepteurs adrénergiques et réduit l’excitabilité des rats. Ces récepteurs sont activés par l’adrénaline et autres catécholamines. Les auteurs ont conclu que « ces données s’ajoutent à la certitude croissante d’un lien entre le stress des systèmes monoaminergiques et les cannabinoïdes ; ces données sont favorables à l’usage potentiel des cannabinoïdes dans le traitement de la dysfonction noradrénergique du stress induit.
Department of Neuroscience, Farber Institute for Neurosciences, Thomas Jefferson University, Philadelphia, USA.
Reyes BA, et al. Exp Neurol. 2012 Jun 4. [in press]
Science/Homme: Une forte consommation de cannabis chez les adolescents réduit les connexions des cellules nerveuses du cerveau
L’imagerie du cerveau de 59 gros consommateurs de longue durée a été comparée à celle de 33 sujets contrôles. Les connexions des cellules nerveuses sont réduites dans certaines régions du cerveau (hyppocampe, corps callosum) des consommateurs qui ont commencé à consommer du cannabis dans leur jeune âge. Les scientifiques ont conclu : « Les résultats indiquent que la consommation prolongée est dangereuse pour la matière blanche du cerveau en développement. Retarder l’âge du début de la consommation pourrait minimiser la sévérité des dommages microstructurels. »
Melbourne Neuropsychiatry Centre, The University of Melbourne and Melbourne Health, Australia.
Zalesky A, et al. Brain. 2012 Jun 4. [in press]
Science/Animal: le CBD réduit les dommages au cerveau chez des jeunes rats nés avec un manque d’oxygène
L’administration de CBD (cannabidiol), après un manque momentané d’oxygène (seulement 10% de l’oxygène pendant 2 heures) chez des rats nouveau-nés a conduit à une protection de longue durée du cerveau. La plante chanvre non psychotrope est sans effet secondaire. Les chercheurs ont conclu : « que ces résultats accroissent l’intérêt du CBD comme agent neuro-protecteur dans les cas de diminution de la quantité d’oxygène des nouveaux nés».
Experimental Unit, Foundation for Biomedical Research, Madrid, Spain.
Pazos MR, et al. Neuropharmacology. 2012 May 30. [in press]
Science/Animal: La concentration d’un endocannabinoïde est accrue en cas d’allergies
La concentration de l’endocannabinoïde 2-AG (2-arachidonyl glycérol) est plus importante chez l’animal lors d’une réaction allergique. L’effet antiallergique du 2-AG est transmis par le récepteur CB2. Les chercheurs ont conclu « que nos données suggèrent fortement que les liants endogènes aux CB2 régulent la progression de la maladie du modèle allergique qui est impliquée dans les altérations anormales des réponses inflammatoires et de la croissance des tissus. »
Pharmaceutical Frontier Research Laboratories, Central Pharmaceutical Research Institute, Japan Tobacco Inc., Kanagawa, Japan.
Mimura T, et al. Int Arch Allergy Immunol 2012;159(2):149-156.
Science/Animal: les cannabinoïdes réduisent l’hyperactivité induite par l’activation du récepteur de la dopamine
Un accroissement des endocannabinoïdes par l’inhibition de la dégradation de l’endocannabinoïde a réduit l’hyperactivité des récepteurs de la dopamine due à la quinpirole. Les auteurs ont indiqués que « ces données pourraient intéresser les approches thérapeutiques des désordres psychomoteurs (dyskénie, chorea) ou des comportements désorganisés associés à l’hyperactivité liée à la dopamine. »
Fundación IMABIS, Laboratorio de Medicina Regenerativa, Hospital Regional Universitario Carlos Haya, Málaga, Spain.
Luque-Rojas MJ, et al. Int J Neuropsychopharmacol. 2012 May 30:1-16. [in press]

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire